solutions > isimedia> 20 ans d utilisation des outils pc soft

Retours sur 20 ans d’utilisation
des outils pc soft

Depuis 1998, Isimedia travaille avec les outils de développement PC SOFT. Retour sur 20 années de collaboration fructueuse, des origines aux enjeux clients, avec Jean-François Caplat, associé fondateur.

La productivité, la facilité d’apprentissage, la puissance des interfaces produites, la facilité de déploiement et la robustesse du code généré sont autant d’éléments qui plaident en faveur du choix des outils PC SOFT.

Jean-François Caplat, directeur associé

Jean-François Caplat, directeur associé

Vous avez choisi il y a 20 ans de développer avec les outils PC SOFT. Pourquoi ce choix de technologie ?

À l’origine, nos développements étaient des applications desktop réalisés en environnement Microsoft (VB, Access) qui était la technologie que nous maîtrisions. Le développement Web était à l’état de balbutiement et l’un des principaux défis techniques que nous avons eu à relever pour Schneider Electric, notre premier client, était de pouvoir déployer et installer nos applications à travers le monde en adressant des OS et des versions d’Office différentes. Une version de Windows sur un ordinateur en Chine pouvait réagir très différemment d’une autre version de Windows sur un système français. Au global, nous passions plus de temps à réaliser les jeux d’installation et à les tester qu’à développer. L’outil de développement WINDEV que nous avions découvert lors de nos études nous permettait de nous affranchir de cette difficulté. WINDEV possédait ses propres Dll (contrairement à ACCESS ou VB). Un seul programme d’installation suffisait. C’est à ce moment-là que nous avons décidé de l’intégrer à notre panel d’outils.

Quels sont les principaux atouts de ces outils ?

WINDEV, WEBDEV et WINDEV Mobile sont des environnements de développement complets en standard, totalement intégrés et qui disposent d’un nombre important de composants, au regard des autres outils du marché. Cette particularité permet d’atteindre des temps de développement extrêmement compétitifs. La productivité, la facilité d’apprentissage, la puissance des interfaces produites, la facilité de déploiement et la robustesse du code généré sont autant d’éléments qui plaident en faveur du choix des outils PC SOFT pour développer des applications de gestion professionnelles.

Développe-t-on réellement 10 fois plus vite avec les outils PC SOFT ?

C’est un argument fort de vente de l’éditeur qui nécessite d’être relativisé : WINDEV, WEBDEV et WINDEV mobile proposent en effet des options de type RAD qui permettent de générer des exécutables en quelques clics, sans produire une ligne de code. Le résultat peut sembler bleuffant au premier abord. Mais le développeur n’a malheureusement pas la maitrise du code généré et le résultat obtenu n’est pas modifiable (ou alors très difficilement). Ces options peuvent présenter un intérêt pour maquetter une solution mais ne constituent en aucun cas une alternative crédible à l’écriture de code classique en W-Langage pour réaliser des applications performantes et évolutives dans la durée.
Le W-Langage contient par ailleurs un nombre important des fonctions intégrées destinées à faciliter le travail du développeur. Si certaines peuvent être utilisées sans restriction, d’autres doivent être utilisées avec précaution (voir écartées) : c’est le cas par exemple de la fonction HFILTRE (qui permet de manipuler des données sans avoir à écrire du code SQL). L’emploi de cette fonction génère d’importants flux de données entre le poste client et la base de données. Outre l’impact sur la consommation d’énergie et sur les performances elle peut aussi être à l’origine de disfonctionnement si son utilisation n’est pas parfaitement maitrisée.

Proposez-vous systématiquement les outils PC SOFT à vos clients ?

Cela dépend du contexte. Car bien que ces outils possèdent de vrais atouts, ils ont aussi leurs limites qui peuvent être pénalisantes, voire bloquantes en fonction de la finalité poursuivie. C’est le cas, par exemple pour WINDEV Mobile : cet outil est aujourd’hui particulièrement adapté pour développer des applications d’entreprises à usage professionnel de type B to B ou B to E qui fonctionnent sur un parc de devices et d’OS limités et pour une population d’utilisateurs connue à l’avance (et de préférence sur Android et/ou IOS). Les choses se compliquent par contre pour le développement d’applications grand public, de type B to C. Nous préconisons, dans ce cas, d’utiliser des plateformes de développement mobiles qui intègrent par exemple des fonctionnalités permettant de programmer des campagnes de tests sur une gamme étendue de d’OS et de devices, voire des fonctionnalités de supervision et de monitoring.

Quels sont les principaux freins que vous rencontrez aujourd’hui dans le choix des outils PC SOFT ?

Le principal frein réside dans la perception (trop) largement répandue que les outils WINDEV WEBDEV et WINDEV Mobile sont adaptés pour des petites applications internes, mais ne le sont pas pour des applications d’envergure et/ou pour de applications critiques. C’est faux ! les nombreux projets que nous avons réalisés depuis 20 ans (dont certains dépassent les 2000 jours/homme) en sont la preuve. Cette perception est alimentée en grande partie par le positionnement marketing « singulier » de l’éditeur qui a fait le choix d’une communication grand public et qui cible une population essentiellement masculine. Avec l’idée que la recette pour vendre un outil de développement, une grosse berline ou des rasoirs 4 lames pouvait être finalement la même, puisque dans ces 3 cas, l’acheteur potentiel est un mâle dominant dont l’acte d’achat est guidé par ses hormones plus que par ses neurones.
Cela a clairement un effet repoussoir, notamment auprès de la jeune génération, décideurs comme développeurs qui, à l’heure du mouvement « Metoo », ne se reconnaissent plus dans ces codes hérités du siècle dernier.

Magazine

Magazine Verso
Découvrez
notre magazine

Verso

100 % consacré à notre utilisation
des outils PC SOFT